Partagez

(Poème dédié à une fille des
Plaisirs mercantiles)

Avec le rimmel de tes yeux
Poudre envoûtante encre
Et les cils en cercle soyeux
Avec ton sourire tendre

Je fais une plume de poète
Décrire la sublime beauté
Qui toute la nuit m’a hantée
Mon ennui parti ;esprit en fête

Ma plume dévoreuse de mots
Broyant chagrin et mes maux
Tapissant de nacre douce peau
De caresses et de baisers chauds

Câlins tant apaisants que lents
Mon coeur un instant chavire
Vers l’ile où se calment les désirs
De nuit et renaissent jour suivant

Ton corps penché sur le mien
Frôlant envie du bout des seins
Brillante à peine lumière tamisée
S’ enivrant en sensation épuisée

L ‘ heure de la fin sonna hélas
« Moment de ranger les outils
Du plaisir » tonna maître du trépas
Et nous fîmes »ouille ouille ouille!

Accordez- nous un peu de temps
Pour laver péché sous la douche
Amour furtif est toujours excitant
On y pensera souvent en couche

Cherchant câlins et tendresse
Loin de son lit est ce trahison
Quand ta moitié de tes caresses
Ne sent plus aucune passion?

Le plaisir chez ses divines filles
Se paie hélas à l’odeur de billets
A l’ombre d’ une morose société
Prenant les âmes pour des billes

A. A Laurentides
23.10.2016



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.6 sur 5 votes