Partagez

Bas nylon

Aux heures chaudes où la nuit se cambre,

Les couples fébriles rejoignent leur chambre.

Les bas nylons glissent, crissent sur la peau,

Le cœur des hommes change de tempo.                                                                                                                                    

Les femmes ont revêtu leur épiderme à caresses

Une carapace sans épines, recouverte de tendresse

Ce soir l’amour est douillet, une vraie peluche,

Certaines se sont parées de fanfreluches

Mais l’heure n’est plus au camouflage,

Nul besoin d’artifices, de maquillage.                                                                                                                                            

Sur cette peau brûlante, l’amour se propage en incendie

Les doigts frémissent, puis esquissent une mélodie.

Le désir est là, palpable, l’atmosphère est torride

Peu importe le temps, les ans n’ont pas pris une ride.

La frôler, la toucher, le trésor est à portée de main

Maintenant, MAINTENANT ! Cela ne peut attendre demain.

La nuit jusque-là paisiblement endormie, bougea, lascive

Donnant son blanc-seing dans une torpeur compréhensive.

Un gémissement, douleur d’amour trop longtemps contenue

Une supplique, un cantique aux cieux dans une vérité nue

La nuit se rendormit tout doucement, discrètement

Retirant une à une les étoiles qu’avaient allumé les amants.

Gael Schmidt – Octobre 2018 tous droits réservés



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 24 votes