Partagez

Le corps d’un humain normal,
Tel que voulu et décidé divinement
Comporte deux choses banales
Le corps et l’esprit, évidemment.

L’un ne peut l’emporter sur l’autre sans risque
Et la décence fait primer l’esprit sur le physique !
Et quand la balance s’avère anormale
C’est que l’homme redevient « animal »
Et cela relève d’un déni de la logique
Annihilant le bien par l’esprit maléfique !

Cette déplorable situation devenant endémique,
L’esprit et sa raison ayant plié bagages
Prenant de la distance ayant perdu courage,
La raison n’en devient que plus emblématique !

Si la beauté du corps ne peut durer longtemps
Celle de l’esprit transcende les années.
Car, faut-il rappeler le nombre de saisons
Que compte la vie d’un être, cette vie malmenée
Par les jugements et même les préjugés
Et par les pouvoirs que l’humain s’est arrogés ?

Ainsi, de l’enfance à la jeunesse
Puis à l’âge adulte où survient la noblesse
Cette noblesse d’esprit acquise par expérience
Rarement par l’esprit acquis à la défiance
Pouvant mener l’être droit vers la délinquance
Et achevant la vie dans en perte de vitesse !

La beauté physique ne peut être éternelle !
Elle ne peut dépasser la valeur charnelle
De tout individu imbu de sa personne !
Mais, de son côté, loti de la beauté spirituelle,
Noblesse, spiritualité, modestie et compétences
Toutes ces qualités auxquelles l’esprit s’adonne
Et qui, de l’esprit, demeurent des nuances,
Feront que cet être brille aussi dans l’absence.

Soyez simple et modeste ! Ayez les pieds sur terre !
D’esprit ou de corps, la beauté est une matière
Qui ne se vend et qu’on n’achète nulle part
Car l’être retournera vers la case « départ »
Et en étant né, il redeviendra poussière !
Cependant, et selon ce qu’on dit,
Si l’âme, même belle, peut aller en enfer,
Le beau corps, nul ne sait s’il va au paradis.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.5 sur 2 votes