Partagez

Ce regard terne plongé sur les doux rayons,
souvent dévoilés aux minuscules couleurs,
belles que le plumage de ce beau oisillon
glane feuille à feuille le champ de sa pâleur.

À cette fleur splendide de son diapason,
bruisant dans le jardin où revivent les roses,
radieuses et salubres aux exhalaisons
me couvrant et colorent des pluies qui m’arrosent.

Cette finesse d’odeurs m’augure sans frein,
un câlin rêvé et s’ouvre à l’avenir précieux,
et clos ces bourgeons fleuris au climat serein,
comme le roseau aux épis doux et délicieux.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes