Partagez

La nature a horreur du vide
a dit « machin », un pas stupide
Remplit mon verre, mon vieil ami
l’alcool fera oublier l’oubli
Ca aidera même a supporter
l’envol de nos jeunes années
et nous fera voir l’univers
d’un meilleur œil, puisqu’à l’envers
On verra p’tèt toutes ces fripouilles,
gars rossent qui nous changent en citrouille,
devenir aimant envers autrui,
ces cochons deviendront des truies,
j’te raconterais p’tèt mon amour
pour une déesse qu’a fuit un jour
et puis quand j’me suis cru poète
dans l’illusion j’faisais mes emplettes
J’aimais le vent , les petits oiseaux,
les arbres qui se penchent sur les ruisseaux
j’croyais que les gens étaient égaux…
Ce qu’on peut vivre dans le faux!
Et si tu me payes un autre godet
j’te raconterais ce que j’ai pas fait
les endroits où j’suis pas allé
j’voudrais te les faire visiter
On refera le monde à notre manière
ça sera pas beau, presque la misère
mais là on nous foutera la paix,
pas de guerre, pas de sous, pas de regret
Un monde sans leurre, des mains tendues,
un peu d’amour, un p’tit peu de cul,
des enfants qui courts en riant
sans leur « aillefeune » entre les dents
On ne sera plus chair à canon
on apprendra même à dire « non »
leurs urnes j’sais où ils se les mettront
Mais j’suis vulgaire, j’te demande pardon…
Y aura pas de dieux, c’est pour les vieux
pas de président ni de prétentieux
on sera tous sur la même comète
l’étoile filante qui rend moins bête
Allez vas-y, remplit mon verre
demain on reviendra sur terre
le crâne lourd des inepties
que l’on peut dire en une nuit !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.89 sur 9 votes