Partagez

(Aux enfants du divorce)

Je n’ai pas oublié
Ces si beaux soirs d’Eté
Où dans la maison blanche
Vous vous êtes aimés.
Aux ballades sur la plage
Ou au bord d’un sentier
Comme des tourtereaux
Vous étiez enlacés.
Je me souviens de tout
Des baisers dans le cou
De vos paroles douces
Et de vos rires fous.
C’était avant la guerre
Avant que tout ait sauté.
Je n’ai pas oublié,
Les soirées près du feu
Où d’un air complice
Vous parliez de vous deux
Je n’ai pas oublié
Vos regards échangés
Quand tout allait si bien
Et quand vous vous aimiez
C’était avant la guerre
Avant que tout ait sauté.
Vos paroles désormais
N’ont plus rien de romantique
C’est à qui de chacun va se lancer des pics
Cet amour était pur vous avez
Tout gâché dans un brin de folie
Vous vous êtes fâchés.
Il ne reste plus rien l’amour
Paraît lointain et je souffre
A présent d’entendre ces refrains
Ce n’est qu’un champ de ruines
Où l’on se perd un peu
Même mes rêves s’envolent
Pour y mourir un peu
C’était avant la guerre avant que tout
Ait sauté,
C’était voilà maintenant bien dix ans à peu près.
D’une histoire si belle
Vous créâtes un drame
Et de verser des larmes
Aujourd’hui je me pâme
J’aurais aimé encore
Vous voir si amoureux
Et mes songes secrets
Deviennent si douloureux.
J’espère encore !

tous droits réservés©Marie-Hélène Coppa
extrait de mon recueil publié aux éditions edilivre « Résilience »



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.96 sur 25 votes