Partagez

Ça me chatouille

Doux souvenirs de la Betouille.
j’entends encore chanter les grenouilles.
Ça me chatouille.
Ça me chatouille.
Ces souvenirs tournent dans ma tête,
comme un moulin, sans laissé passer le temps.

Doux souvenirs de la Betouille.
Je me souviens des vaches qui passaient par là,
ces ruminants me faisaient vachement peur.
Ça me chatouille.
Ça me chatouille.
Ces souvenirs qui cafouillent à mes oreilles :
« Reviens… Reviens sur cette terre
où tu te barbouillais d’mures… sauvages.

Doux souvenirs de la Betouille
je cueillais les pâquerettes dans la prairie,
en petite jupette, mes cheveux volaient au vent.
J’entendais gazouiller les oiseaux
et le pinson chantait sa chanson, j’avais des frissons.
Ça me chatouille.
Ça me chatouille.
Ces souvenirs qui me chantent des mélodie enfantines.
Oh la !
Oh la !
Ça me chatouille.
Ça me chatouille.
Comme autrefois, l’herbe sous mes pieds,
dans les prés du fermier.

Doux souvenirs de la Betouille.
Gauchement, je faisais du vélo
et, dans la descente, j’embrassais un buisson d’orties.
Aie ! ça piquait !
Ça me chatouille.
Ça me chatouille.
Ces souvenirs qui s’agitent,
comme des lutins qui sautillent
et ouvrent le tiroir de ma mémoire.

Ça me chatouille.
Ça me chatouille.
Comme il a bien changé mon bourg.
Quand le l’ai revu, désenchantée,
j’ai fermé les yeux et a réapparu, la Province
de mon enfance.

Bouleversée,
ça me chatouille.
Ça me chatouille.
d’y retourner un autre jour………..

doux souvenirs de la Betouille.
Ça me chatouille.
Ça me chatouille.
Redevenir cette petite fille
insouciante, baroudeuse.
Ah, ces belles années, les plus belles
avant que tout chancelle.

Ça me chatouille.
Ça me chatouille.
Avec mon cœur d’enfant,
ce retour aux sources.
Comme si jamais rien
n’avait bougé.
Figer le temps juste un instant.
Et faire revivre la petite fille aux roseaux.

Ça me chatouille.

Béatrice Montagnac



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.6 sur 5 votes