Partagez

Comme un petit enfant capricieux,
Elle a détruit notre union d’amour
D’un revers de main, sans retour,
Éphémère château de sable si précieux.

Sans attendre les vagues du temps,
Inexorable destin du fragile édifice
Patiemment dressé vers l’ultime sacrifice.
Millions de grains de sable agrégés
Jour après jour, comme autant
De petits riens qui font une histoire
Que l’on ne souhaiterait abréger
Sous aucun prétexte surtout illusoire.
Mais 4 petites tours sont arrivées
Et maintenant 4 autres sont nées
Quel bonheur d’être grand-père
C’est pour ça que j’espère
Et que je continue à croire si fort
En un avenir plein de réconfort.
Je vous aime plus que tout.

Pascal ZAGATA © 23 octobre 2016



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.25 sur 4 votes