Ligue des Poètes

Catégorie

Sélection 24

Vous trouverez dans cette catégorie les meilleurs 24 poèmes publiés sur la ligue des poètes. Cette liste est actualisée à chaque fin d’année. Un concours est organisé (en décembre) afin de permettre au jury (composé de 5 membres) de délibérer et mettre à jour cette liste. Intégrer cette liste deviendra plus difficile d’année en année.

Une lecture d’automne.

I. Il y avait grand frais sur le large Et les eaux comme les gens chantaient. Les mâts vibraient sous les ondes correctes Et ceux-là se mêlaient aux koras. Les promeneurs marchaient plus vite Qu’à l’habituel, les visages rougis, Les… Lire la suite →

AUBE PRINTANIERE

Les tous derniers flocons de neige se sont évaporés L’air gazouille, les bourgeons effleurent le beau temps Le mois d’avril devient léger, les branches se colorent de gaieté Les filles à la peau d’opale se découvrent, ne font pas semblant…. Lire la suite →

La Fin du Voyage

La guerre, l’enfer. Il connaissait la guerre, il a frôlé l’enfer. Il a refait le chemin à l’envers, Vers son pays, comme lui, meurtri, Pour leur offrir un coin de terre. L’enfer, les chemins sans fin, L’horizon toujours plus loin,… Lire la suite →

Je n’ai rien inventé

Je n’ai rien inventé qu’un poète n’ait dit. La chaleur de l’été, le rire d’un ami, Des cheveux galopant à vitesse du vent, Le fleuve paisible, la fronde du torrent, Les lunes de Pierrot, les courses au trésor, Je n’ai… Lire la suite →

ELLE PARLE AUX OISEAUX

Amoureuse de la vie, Elle parle aux oiseaux, Se baigne à la rivière, Et se mire dans l’eau. Les rayons du soleil, Caressent doucement sa peau, Amoureuse de la vie, Elle parle aux oiseaux. Elle admire les étoiles, Qui scintillent… Lire la suite →

Chacun sa langue

Enterre… déterre! Enterre la mort. Parler, se taire… parler encore… Le ciel est clair, Éclairs, tonnerres… La terre… le vert… Les vers s’enterrent. Plus que les lettres, Le mot s’emporte ! Plus que les mots, Les phrases de lettres. Ils… Lire la suite →

Incertitude

Incertitude, J’ai hésité un temps à mettre ma robe blanche J’ai regardé mes mains sans anneau apparent Je me suis souvenue qu’en un certain dimanche Un amour éperdu m’a aimée tendrement. Alors je l’ai revu, l’espace d’un instant M’asseyant sur… Lire la suite →

La pluie

Goutte à goutte dans ma main, elle s’exprime ! Pluie douce et humide au cœur de mon abîme ! Elle est toute ma vie, mon espoir ma folie, Mon souhait le plus cher, tout au long de ma vie !… Lire la suite →

Instant de grâce

Habillé de blanches broderies, Le torrent serti de rochers gris, Ourlé de lumières de paillettes Dans l’alcôve mousseuse et douillette, Accueille la blanche écume perlée; Je m’avance et reçois émerveillée L’invitation à l’union mystique Au partage de l’instant magique Où… Lire la suite →

Le fils de novembre

Elle garde un sourire aussi doux qu’un printemps Mais l’hiver dans les yeux et la pluie en dedans Quand elle parle seule, adressant aux nuages, Pour un ange nouveau, son amour en messages. Paris est en novembre et l’automne est… Lire la suite →

LES OEILLETS DE POETE

L’âme, un brin nostalgique, je me suis attardée Dans ce jardin d’enfance, rien n’a vraiment changé… Les groseilles à maquereaux, où les ronces nous piquaient Leur nom un peu idiot qui nous faisait marrer. J’ai rêvassé, tranquille, en me laissant… Lire la suite →

premier mai

Un merle sifflait un chant ouvrier Sur l’épaule d’un vieux prolétaire Dans le cortège des damnés de la terre Le merle flûtait fort sans se faire prier ! Un drapeau rouge flottait au vent léger Le portrait tout en couleur… Lire la suite →

Allé l’où y a.

Je suis allé si haut, Qu’il n’existait de bas. Je suis allé si loin, Qu’ici n’existait pas. Je suis allé partout, D’aucun ailleurs fixé. Je suis allé au bout, Qui n’est d’extrémité. Je suis allé profond, Découvrir en surface. Je… Lire la suite →

Muse sans tête

Au fond de mon verre Cristallins tes yeux Brillants tel le feu Mon âme est de travers Je scrute rêveur Le fond mêlé au sang Rouge nectar du bonheur Mes yeux plonge dedans Que vois je donc sinon Beauté en… Lire la suite →

Seuls

Emmène-moi au Jardin des Délices Par les sentiers fleuris de ta voix, Longeant un plaisant petit bois Où sont toutes sortes d’orchis. Sur l’Océan de tes doux yeux, Emporte-moi vers l’Atlantide. Comme un mystique dans le vide, Je veux me… Lire la suite →

Au jardin des Tuileries

Te souviens-tu ma blonde Lilly, Sous le grand arbre, toi et moi Au jardin des Tuileries à Paris, Devant les gens au regard étroit. Faisant fi de leur ridicule avis Si loin d’eux, assis sur un banc Et butinant tes… Lire la suite →

L’absence

Chaque seconde sans toi est une horreur, Comme un couteau planté dedans mon cœur, Je saigne abondamment de ton absence, J’ai mal sans toi, la douleur est intense Oh! J’aimerai tant vivre si près de toi, Te serrer fort dans… Lire la suite →

Baiser au couchant

Un baiser de soleil embrasant l’océan Enflamme les brisants aux lèvres corallines Fanal incandescent dans un ciel rougeoyant Aux reflets orangés perlés de pierres fines. C’est au soir commençant quand s’assoupit le jour Que la mer rubescente au toucher d’une… Lire la suite →

Compression sous pression

Je suis la radiation sombre qui illumine Vos portraits sans regards, ici et là, cloués Sur tous les bitumes si fondants et gelés, Vil comme l’insecte servile de ces mines. Et le sommeil qui ne vient pas, effarouché Des âges… Lire la suite →

LA TRISTESSE

La tristesse c’est bien souvent Ne plus rêver des jours heureux Ne plus penser à nos promesses C’est rapiécer pour le futur le vieux tiroir des souvenirs Avec notre âme au bord des larmes Tristesse Ô ! Toi tristesse Qui… Lire la suite →

En malle de mémoire…

En malle de mémoire… J’attends seul que remontent mes souvenances J’attends paisible devant des ondées d’images J’attends assis sur un banc de neige, l’enfance J’attends une embellie, le calme après la rage Envoûté je compte des boules de nacres polies… Lire la suite →

Lancinance du vent…

Lancinance du vent, allants des aléas, Rêve frêle, ou silence, à peine qui se fêle Dans le feulement fol des feuilles, pêle-mêle Affleure à l’oreille en des bruissements las. Le ciel saturé d’air et de feu, sans combat Pareille la… Lire la suite →

L’Aveugle

– Mère ils m’ont dit ceci : tu le veux, tu le peux ! Donc j’ai voulu très fort ! Je n’ai toujours pas pu… – Sans dire qu’ils ont tort, ce problème est trapu Je te l’explique si tu… Lire la suite →

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils