Partagez

Ce matin. Au grand parc solitaire. J’ai ramassé une feuille. Encore brillante de sa vie trop tôt coupée. Toute mordorée de vert et jaune. Aux formes douces des feuilles d’un arbre ancré à jamais dans la mémoire. Elle s’est posée. Doucement. Devant mon pas. Et je l’ai regardée. Là. Comme un cadeau du ciel aux mots que je cherchais. Pour venir te trouver. Encore plus près. Mon silence enfoui tout au creux de moi. Je l’ai ramassée, cette feuille aux courbes si douces. Et je l’ai emportée. Comme un enfant cueille la lumière qui danse dans les ramages des arbres silencieux. Ce matin. Au grand parc solitaire. J’ai ramassé une feuille. Et je l’ai emportée.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.43 sur 23 votes