Partagez

Ce parfum

Oh délictueux parfum
Comme sorti d’un rêve
Il n’était pas commun,
Sans doute
Était-il conçu
Pour Eve !

Émoi !
Uffffm (je souffle ou je m’exclame)
Et moi,
Tel l’opportun
Qui bêtement
Souris
Puis toi, oui Toi
Qui
Sans aucune trêve
M’éloignes
Quand
Je m’enivrai un peu
De ton parfum
Pris sous les embruns

J’étais si jeune
Encore un môme !
Aux cheveux bruns
Les yeux avides
Si pleins, si vides
De sans malices
Assis à même le sol
Jouant avec Éole !

Cette bise légère
Qui s’essoufflait
Puis revenait
sur tes épaules
levant ta robe de soie
Celle qui si peu
Te recouvrait

Je frémissais
Non pas de froid
Perdu en la foule
De mes imaginations
Dans le beffroi
tel un pantin
Vêtu de sa naïveté

Je l’aimais tant
Ce parfum
Celui que parfois
Du moins je le crois
Tu portais
Et que tu disais
Que pour moi

Tes cheveux au vent
Dégageant tes épaules
Et ce cou affriolant
Attisait mes corolles
Ce désir incontrôlé
Que je déviais
Sans cesse
Car je ne voulais
Ni te sembler
Grossier
Encore moins
Affamé

Car l’amour
Vois tu, naît
N’est rien
s’il se voit
Oublié
Non partagé
Je T’AIME

Cette nuque endiablée
Que mes mains envient
M’attire ou me dévie
Je te sens si présente

Ton visage s’assombrit
Qu’ai-je fait mon aimée
Pour me sentir si trahit
Ou quelques fois banni
Où en suis-je aujourd’hui
Je te sais près de moi
Loin de mes envies
Mais accroché
À ce déni !

Thierry Titiyab Malet (le 19 juin 2017) I hope you happy and fine



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 16 votes