Partagez

Je voudrais être ce petit rien
Qui change la vie des autres,
Un rien qu’on ne voit pas
Mais qui est toujours là
Souvent tapi dans un coin
Ou caché sur les chemins
Attendant en vain
Le regard de quelqu’un.
Je voudrais être ce rien
Qui pénètre dans les cœurs
Pour effacer les petites rancunes
Et les tenaces rancœurs,
Qui rend le sourire aux visages
De tous les damnés de la terre
Les damnés des cœurs
Qui traînent leurs douleurs
Sur ces sentiers sans fin
Qui commencent par un rêve
Et se terminent dans le néant.
Un néant plein de douleurs ,
D’épineuses rancunes
Et de pernicieuses rancœurs
Qui traîneront aux pieds
Comme un boulet de forçat
Pour rappeler à chaque pas
Le poids de nos erreurs.
Je voudrais être ce petit rien
Qui vient le jour naissant
Visiter dans les cachots,
Les détresses innocentes,
Les accompagner sur les billots
Pour entendre leur dernier cri
Avant de quitter ce monde injuste.
Je veux aussi être ce petit rien
Qui dérange peut être des fois
Mais dont on ressent le besoin.
Enfin, je resterais ce petit rien
Qui rentrera chaque soir
Heureux d’avoir réussit
A faire sourire autant de monde
Avec si peu de lumière,
Et dormir seul avec sa douleur
Dans son petit et sombre coin.
Abdelaziz Benzid  » le souffle des mots  » .editions: « Edilivre »2016



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.42 sur 12 votes