Partagez

Ce que durent les roses …

Nous nous sommes aimés ce que durent les roses
L’espace d’un matin…
Mais dans mon cœur il reste, la sensibilité des choses,
Et ce drap de satin…
Et si comme la fleur tout fraîchement éclose,
Je dois mourir demain …
Sachez que dans mon cœur, vous êtes cette prose
Et cet amour divin.

C’est pour vous chaque jour que ma Muse compose,
Une plume en ma main …
Que les mots les plus fous ici même je pose,
Gravés dans de l’airain,
Et que même la nuit, sous mes paupières closes,
Je pense à vous sans fin …
Souhaitant qu’à notre amour jamais rien ne s’oppose,
Bien que fâne mon teint.

Quoi qu’il en soit, je resterai l’humeur morose,
Non plus l’esprit chagrin …
Quel qu’en soit mon destin, si jamais plus en vous ne pose,
Mon cœur entre vos mains …
Vous serez sachez-le Ô ma tendre névrose,
Qui me laisse l’esprit serein…
Ayant vécu ce que durent les roses,
L’espace d’un matin.

© Danièle Labranche



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes