Partagez

La douleur hait sa propre couleur, -le bleu nuit !-
S’estompe dans mon cœur, au point qu’elle se fane,
Et s’agite dans son manteau rouge qui luit,
La douleur bleue cruelle est le sang de ma panne !

Oh aveugle amour sang comme un diamant gênant,
Oh poison lancinant, -couleur peinture pourpre,-
J’échoue dans cette nuit, entre heurts fascinants,
Et tous ces saignements qui font des roses pourpres !

Si la nuit, je m’endors encore avec la foi,
Ma foi, mon doux regard dont je porte profond,
Sombre une dernière perspective de moi !

Plusieurs fois j’ai blasphémé ; n’ai-je point porté ?
Ces piques dans mon cœur qui font tant de typhons,
Loin de mon baptême, au diable sa beauté !

© Patrice Merelle



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.93 sur 14 votes