Partagez

Il y a un chat innocent couché sur un livre.

Il dort seul comme dorment les enfants heureux.

Qui sait pourquoi la main rageuse d’un homme ivre

A jeté le chat avec le livre d’un geste vigoureux ?

Aujourd’hui ressemble à hier, l’abîme est profond,

Je relis « les fleurs du mal », la flamme déjà vacille.

Ils ont tout saccagé, pillé, de la cave au plafond,

Je ne connais pas leurs visages aux traits débiles!

 

Quand le ciel est las de haine et de barbarie

On voit toujours un singe imité le corbeau!

Mon chat se meurt, puis un orgue de barbarie

Fredonne un air très ancien, tendre et beau.

C’est   Noel, les poètes vont le cœur à l’envers!

J’ai aperçu un loup âgé au  masque de Pierrot.

Sous le pont Mirabeau où filent quelques vers,

La Seine est rouge et crache un venin de trop.

Cela se passe, aux premiers frimas hivernaux,

Sur une avenue piégée de cendre et de tyranneaux!



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant