Partagez

Je sens que
c’est assez de mourir
sans mourir désespéré
je communique une espérance
Que je suis loin d’éprouver
Je ne me hasarde pas
A prononcer les mots que la pudeur
Me demande de garder cachés
Le chagrin qui suit la fin des amours partagés
La peine qui naît de cette mort épousée
Me laisse les mains vides
Et le cœur dépouillé
Car la passion même la plus folle
Ne se dénude jamais
Je reste seule désespérée
Prêtant ma voix
Aux ombres du passé
Je ne me souviens plus
des mots prononcés…
FranceB2016



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3 sur 4 votes