Partagez

Cette gloire agrégée à ces églogues rares
Dépourvues en tous points de pompeux ornements
Qui comme à Pompéi traduisent les moments
Des amples mouvements de la vie et ses tares.

La syllabe élue où jamais nulle dépare
De la gangue des vers au rythme l’annonçant,
Promet à son message, un rien réfléchissant,
La hauteur d’un esprit touchant jusqu’à l’ignare.

Gracieuse immersion dans l’au-delà du son,
Musique sous-jacente aux verbes qui la font,
Le sens sert à l’envie une ouïe impeccable.

Trois grammes de grammaire, un ton au gré du vent,
Poète que n’as-tu ton œuvre secourable
Signalé d’un gros trait, que je sois au courant !

http://nullepartetjamais.blogspot.fr



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3 sur 2 votes