Partagez

La peur au ventre,
Je sors de mon antre.
Je laisse tomber
Tout mes boucliers,
Mon armure
Et ses dorures.
Sans arme ni bagage,
Je quitte le rivage
Des territoires connus,
Sans idées préconçues,
Par un chemin
Non tracé.
Je découvre un jardin
A la beauté méconnue.
Sans rien à cacher
Ni à protéger,
Je me sens léger
Comme un nuage.
Je n’ai pas d’âge,
Cela m’a été dit,
Je l’ai appris.
Je n’ai pas d’identité,
C’est en partie
Une vue de l’esprit,
Un souvenir,
Le miroir
D’un désir,
D’une histoire
Que j’ai déposés.
Il y a des pensées,
Des émotions,
Des sensations,
Qui passent
Dans l’espace
De la conscience.
Là où je suis,
Il n’y a ni jour ni nuit,
Ni silence ni bruit,
Ni présence,
Ni absence,
Il y a…
Le ciel étoilé
De perles de rosée
A un parfum d’éternité…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 1 votes