Partagez

Le jour parcimonieux

Perce péniblement

Le ciel qui se morcelle.


Les moineaux s’essaient

A quelques premières

Vocalises.


On sent la clarté monter

Comme pour prévenir

L’arrivée de l’astre

Qui s’appuie déjà à l’horizon

Pour mieux s’élever.


Les lampadaires s’attardent

Sur la rue déserte.


Il y a bien de temps à autres

Des voitures pressées

A la recherche de je ne sais

Quelle destination perdue.


C’est un matin frileux,

La tête dans les épaules,

Encore un peu comateux,

Qui entrouvre les yeux,

Sur un monde flemmard.


Tiens !

Extinction des feux.


La rue s’émancipe

Pour la majeure partie

De ses usagers.


©PG Léger / 30.04.2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 12 votes