Partagez

En contemplant le bleu azur du firmament
Mes songes sont affriolés par le temps
Le temps, qui se rétracte et s’étend
Éternel, impalpable ,et régnant
A petits feus ,nous grignotant
Jusqu’à notre agonie ,nous consumant
Car qu’on le veuille ou non , Chronos
Est père de Chaos , du chaos
Avant donc de rencontrer Thanatos
Et que notre corps demeure dans une fosse
Semons la vertu, faisons fructifier
Bonté, beauté, afin de nous fortifier
Tachons de ne pas perdre de vue
Que la cadence de notre sablier est accrue
Dans un monde où notre seule promesse est fatalité
Essayons d’ignorer toute futilité
Et au maximum exploitons toute capacité
Pour le summum, pouvoir frôler
Et n’avoir aucun regret
A une conscience tranquille aspirer
Car s’en est presque un blasphème
De ne pas « Carpe Diem »



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.91 sur 11 votes