Partagez

Cœur à prendre

J’avais un cœur tout neuf tout fort tout beau
Prêt à tout donner tel un grand nigaud
J’avais presque toujours la gaité en poupe
Et tous mes bonheurs me suivaient en chaloupe
J’étais heureux de vivre et aussi d’aimer
Recevais en retour d’innombrables baisers
J’amassais lettres tendres, moult caresses
Dans ces années où j’ignorais la sagesse
Je chantais je dansais je riais tout haut
J’étais surtout l’idéal tourtereau
Que belles mères et beaux pères convoitaient
Convolant avec moi leur filles ils voyaient
Je voulais m’amuser sans être sérieux
Evitant surtout de me laisser prendre au jeu
Souhaitant passer mes ans agréablement
A l’abri des tracas et aussi des tourments
Le mariage me semblait chose indigne
Pensant aux mots qu’à la mairie on aligne
Pour enchaîner son existence entière
De vouloir devenir père et mère
Las la jolie crut entendre des promesses
Qu’elle alla consacrer à la messe
Je jure qu’elle se trompait je n’avais rien dit
Qui pût lui faire voir autrement la vie
La belle s’en alla par un petit matin
Après qu’elle déposât un baiser sur mes mains
De la rivière elle franchit le pont
Et se noya … on connaît la chanson
Depuis j’erre comme une âme en peine
Et crie dans les bois à perdre haleine
Mon cœur est depuis vide et noir et brisé
Et n’ai plus personne à qui le donner

Jacqueline Grout – Coeur à prendre
image: deviantart.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.2 sur 5 votes