Partagez

Cœur en banquise

Non et non, tu n’as jamais été là pour moi
Même ma mèche rebelle crie son émoi
Mon vieux peigne est venu vite en témoin
À ma chevelure arrachée, ô, mine de rien

Moi qui comptais sur toi, sur ton épaule
Mon mur portant pour y mettre ma tête
Pendant mes jours gris et mes nuits folles
Quand l’orage est là et qu’ arrive la tempête

Et voilà après toute cette vie que je réalise
Mendiante d’amour sur une baquise assise
En fondant, m’éloigne, me noie avec valises

De déceptions, d’amertume, de grands regrets
D’avoir cru en tes scènes d’acteur pour de vrai
Les murs de ma solitude n’ont plus aucun scret.

Keltoum Deffous, Constantine, le 21/03/2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 1 votes