Partagez

Telle une déflagration, la violence des mots
Mots qui écorchent l’âme, accrochant des sanglots
Sanglots que l’on réprime tout au long de sa vie
Vie, laissant goût amer à l’enfance meurtrie

On ne se rend pas compte des dégâts que l’on cause
A rabaisser l’enfant, piquer d’épines son cœur
Alors que son chemin, le tapisser de roses
Devrait aller de soi pour construire son bonheur

« Incapable », « bon à rien », « tu es vraiment trop bête »
Cela semble bien peu, quotidiennes litanies
Mais deviennent les fondements du devenir d’un être
Insidieuses répliques pour confiance évanouie

Et la vie se construit et chevillé au corps
Ce sentiment d’échec qui semble si tenace
Quoi que l’on fasse, malgré nombreux efforts
Semblent si vains, fragile carapace…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 17 votes