Partagez

La terre fertile des jolies lunes
par un matin chagrin a craqué sous le gel
à faire plier les majestueuses dunes,
fragiles sculptures de fleur de sel.

Les alizés fredonnent au loin
l’histoire de cet amour intense
que reprennent à l’envie les refrains
des cœurs blessés que l’on panse.

J’avais retrouvé ton chemin,
le perdre à nouveau me fait peur
Même si c’est ce que veut le destin
je baptiserai de ton nom toutes les fleurs

Je les mettrai dans mon jardin
et les arroserai chaque jour
pour que cette passion n’ait pas de fin
et que tu demeures à jamais mon amour.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes