Complainte d’une fleur qui un jour fût aimée

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Pinterest
Share On Reddit
Contact us

Un arbalétrier suisse en fît la renommée
Par-delà les montagnes au-delà des contrées
Des vallées de l’Uri, de Schwyz et d’Unterwald
Partie cette légende d’un carreau théâtral

Qu’elle soit ronde et verte, piquante acidulée
Qu’une reine jalouse de rouge l’ai teinté
Qu’elle nous ensorcelle de sa couleur soleil
Pommeraie féerique aux éclats d’arc-en-ciel

Mais les pommes d’antan au doux nom féminin
Donzelle voir Demoiselle ou Fille des salins
Se sont livrées au charme de nouveaux horizons
des Boskoop, Granny Smith, Golden ou Tentation

Qui de cette Reinette maintes fois déclinée
D’Angleterre, de Brive, d’Anjou ou de Courtrai
Ou de cette Calville qui se pare en hiver
Toute de blanc, de rouge : paradis ou enfer ?

D’une nature morte d’un fusain esquissé
Volupté de saveur toute salée, sucrée
De comptine d’enfant aux notes harmonieuses
Exalte les parfums de sa chair savoureuse

De cette jolie fleur qui un jour fût aimée
Naquit la douce pomme aux mille variétés
Quant au jardin d’Eden sous des cieux pommelés
Qui donc d’Adam ou d’Eve la croqua le premier ?
mu.


Donnez votre note:
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
5.00 sur 4 vote(s)


A découvrir aussi sur le web:

2 commentaires

  1. Que dire ? Rien sans doute! un poème fort beau et j’aime ! pas besoin d’en dire plus ! bonne soirée à vous !

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez être connecté: