Partagez

Je ne suis pas la seule, à divaguer sur la plage,
Il est si beau dans sa contemplation du rivage,
Nimbé dans la lueur dorée, du coucher de soleil,
Son profil émergeant du contre-jour, m’émerveille.

Je suis trop timide pour rompre sa méditation,
M’asseoir à côté de lui, amorcer la conversation,
Je n’ai pas confiance en moi, j’ai peur du rejet,
Et rien ne m’indique, qu’il est un célibataire avéré.

Je passe à côté de cette opportunité, lâchement,
Je n’ose l’aborder, faire connaissance gentiment,
Cela vaut mieux, la décence exige de le laisser,
C’est plus raisonnable, et j’évite de me blesser.

La vie ne m’a pas épargnée sentimentalement,
Les railleries avilissantes, reçues déloyalement,
Ont laissé des traces profondes, je l’admire,
Et ce simple fait me procure un doux plaisir.

BaBé (11 septembre 2016) extrait de « l’univers de BaBé »
image: qqxxzx.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.89 sur 9 votes