Partagez

Pourquoi, diable, Adam a-t-il succombé
Cherchant le savoir, en goûtant à la pomme ?
Pourquoi le Savoir a-t-il des retombées
Sur les gestes, les actions et les dires de l’homme ?
Pourquoi, diable, Eve a-t-elle écouté
Les propos du malin qui aspirait à nuire,
Innocente ? C’est sûr ! Mais n’est-elle point tentée,
Ignorante, de vouloir connaître, enfin, son avenir ?

La connaissance du bien, la connaissance du mal
N’ont qu’un seul débouché et cela est fatal
Car quand on veut quitter son état « animal »
Savoir les conjuguer n’est pas un récital !
Ainsi, du Paradis, l’humanité exclue
Ne se retrouve nulle part et le monde dégénère
Adam et Eve, tentés, s’estimant ingénus
Ignorent sûrement qu’ils pénètrent en enfer !

La conjugaison est claire, surtout chez les anglais !
On cogite en français toujours à l’imparfait !
Mais, pour la religion qui ignore les jeux de mots,
Ce n’est plus du langage, c’est déjà un jeu de maux !
L’anglais se contente de trois temps principaux
Le français, quant à lui, cherche la perfection
Ainsi, si l’anglais se sent bien dans sa peau
Au subjonctif, le français ajoute la condition !

Si on joue du parfait,
Le voulant au présent,
On y mêle l’imparfait,
Y perdant la raison !
Ajouter que le conditionnel
Adjoint au subjonctif
Si l’un n’est pas réel,
Le second est fictif !

Parlons, parlons langage et soyons pragmatiques !
Courrons après le savoir mais soyons réalistes !
Si nous gérons la vie en étant dogmatique,
Nous ne serons, alors, que simples idéalistes !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes