Partagez

Assis sur le rocher,
l’ un contre l’ autre, blottis
pour admirer le coucher
du soleil, à l’ horizon, si joli..

Longtemps, nous resterons tous deux
à contempler, fascinés,
le spectacle grandiose, majestueux
par de douces vagues bercés..

Mais l’ horizon, si flamboyant,
l’ instant d’avant, soudainement s’est effacé
comme par enchantement,
laissant le noir si froid l ‘ emporter..

Et comme un enfant dans le noir,
par l’obscurité, apeuré
Je me réfugie, sans le voir
tout contre ton sein mignon, adoré .
.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.76 sur 21 votes