Partagez

j’ai posé mon nez
à ta fenêtre et vu
des plaines d’amour

souviens-toi
nous nous sommes aimés
à bout de souffle

nous étions jeunes
nos corps se pliaient
à tous nos désirs



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.22 sur 9 votes