Partagez

Je pensais suivre un cours, ce fut un océan…
Le professeur coulait d’un flot obéissant ;
Loin de là, je planais encor dans mes nuages;
Il abordait le rif, je dormais aux rivages,
Sa voix de lamantin me berçait mollement
Et des dauphins jouaient devant mes yeux vraiment.
Me sentant à deux doigts de ronfler sur la table,
L’aimable professeur prit un air moins aimable,
Ouvrit un large bec – Je sais sa belle voix,
Ferait-il un fromage à me voir à la fois
Affaissé sur ma chaise, affalé sur mon flanc ? –
Et je le vis se mettre à trembler comme un flan,
A rougir, à bouillir, devenir blanc de neige.
– Vous me dites : blanc d’œuf ? je vous réponds : qu’en sais-je ? –
Il fumait de partout mais surtout des tympans
Qui sifflaient tant et bien que six mille ouragans
Et trois mille tam-tams seraient moins incroyables ;
Ses oreilles croissaient et croassaient, effroyables !
Je pris peur un instant qu’il se jette sur moi ;
Mon voisin m’implorait : « Ne gardes pas la foi !
Les Droits de l’Homme ici, mets-les donc où tu penses ! »
J’y pensais justement… – Malgré les apparences,
Je suis un grand penseur, qui pense avec ses pieds
Comme le gros Totor, en vers de douze pieds.
J’aime l’Alexandrin, c’est le noble des lettres ;
C’est bon chic et bon genre, on le parle entre maîtres…
Vous me criez : Racca, moi je vous dis : Merci !
Si je vous dis : caca, vous dites : celui-ci
Cause en alexandrins ! C’est donc un grand génie.
Instruisons-nous, jouissons, c’est à nous qu’il confie
Les secrets de sa muse, une femme couchant
Sur sa feuille le soir, sous sa plume ; son chant
L’inspire, il va, revient, glisse, trempe sa plume ;
Son encrier vidé, s’endort comme une enclume ! –
Mon Dieu ! j’avais rêvé ! …. Mon voisin m’implorant…
Le professeur fumant, sifflant, tournicotant…
Tout cela me revient !… Je le vois, il arrive…
Je veux crier : Maman ! Devenir une grive,
M’envoler loin d’ici… Pitié ! Pitié ! Seigneur !
Pitié ! Soyez clément, Monsieur le professeur ! …
J’alexandrine une ode à votre immense gloire ;
J’immortalise un nom, le vôtre est une poire !…
– Ah ! la la ! qu’ai-je dit ?… Ma rime m’a trahi !
Adieu ! Monde cruel ! Je sens, c’est l’hallali !…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.5 sur 6 votes