Partagez

La garrigue
(Version classique)

Dans la garrigue mes pas deviennent légers
Les herbes folles se réveillent au soleil
Les asperges sauvages émergent d’ éveil
Tout au loin sous les nuages, les Pyrénées.

Leur manteau est encore neigeux, j’invente
Les paysages par peur de les oublier
J’aime la vie au printemps, m’y abandonner
Pour puiser dans mes rêves d’adolescente.

Les fleurs de nos champs chantent au petit matin,
Les grillons me remplissent la tête sans fin
De cette mélodie propice au bleu ciel

Je déambule dans le silence du thym
Mes narines soulèvent l’air des romarins
Je me noie dans ce panorama irréel !

—————–

La Garrigue
(Version moderne)

Elle chante
Les cigales
La garrigue du coin,
Elle se parfume
De thym,
Parle
Aux fleurs de genêts,
Mélange les herbes folles
Aux taillis d’épines,
Ecoute le vol des oiseaux
Du Midi.
J’aime m’y promener
Sur le sentier
Ne plus penser,
Juste rêver
Le regard plongé
Vers le panorama
Des Pyrénées
Qui se dressent
Au loin
Dans le ciel
Prometteur
Tout bleu !

Martine BES
18/06/2017

Illustration photo Martine, La Malepère (Aude) près de Carcassonne.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 47 votes