Partagez

Je me suis longtemps cherché,
Sans me trouver.
Et pourtant,
Un soir d’été,
J’étais là, tout haletant,
Submergé par les mauvaises vagues du temps,
Luttant contre ma mort
Et contre mon cœur brûlant.
La douleur me fixe au fond de mon corps
Et je risque de mourir vivant.
Je ne souffre plus de mes maux.
Je ris de ma vie, de mon sort,
Et je me laisse voler dans le vent.
Le tourbillon de mes sentiments,
finit par blesser mon cœur
Et geler mon sang.
Je ne me retrouve plus,
Dans la tourmente de la vie
Et je risque de ne plus avoir envie,
Ni des jours ni des nuits.
Je repars, alors, avec ma mort
Et la vie de mon corps,
Sous les yeux moqueurs de Satan.

Younes ZEMNI.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.69 sur 13 votes