Partagez

Me retrouver fraîchement congédié
Bien que près de toi tant de blanches nuits.
Lors si seule, tu avais besoin de compagnie,
Et seulement hier tu disais m’aimer..

Tes problèmes me faisaient souffrir
Avec toi. Patiemment je t’écoutais
Émerveillé par ton désir de réussir,
Et la fraîcheur de ta juvénile beauté.

Hélas Mignonne a vite fait d’oublier
Mes tendres mots, la chaleur de mes câlins
Mes doux poèmes, leurs tendres vers faisant rêver.
Mais cruelle devenue , l’ai suppliée en vain..

Sans rancune, Graziella ma jolie fleur,
Dans l’immensité fantastique des cieux,
Leur grisante et sublime profondeur,
seul voir voguer libre, mon bel ange heureux.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.44 sur 9 votes