Partagez

Dans un  lointain village occitan

un chien veillait un homme famélique

le vieux paysan ne souffrait pas l’autan

il luttait, cachait une douleur, pudique!

L’homme pensait aux travaux des champs.

la mort rôdait, la faux conquérante,

elle posait ses yeux sur la plaie géante,

imaginant du sacre un festin alléchant!

L’aïeul plus ébahi que notre angelot,

tirait le rideau sans aucun sanglot!

Aux vêpres le vent cessa, mauvais lutin,

le chien put, s’asseoir près du mourant,

lécher  un bras tatoué de grosses catins

qui ressemblaient à un tableau délirant!

Il se mit à hurler comme font les pleureuses.

Dans sa tête, il y eut un souvenir  pressé,

le bonheur muet dans la misère poreuse

l’enfant d’hier, géant maintenant terrassé!

Nul ne peut éveiller, une âme déshérité

mais la vie est souvent un jardin inhabité!



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 9 votes