Partagez

Aux terres amènes des écoles,
Brûlent de bien nobles idées ;
Elles se célèbrent en farandole,
Aux hospices d’éternité…


Apprivoiser cette parole,
Sans de son cœur la discerner
Enfante un pleur que ne console,
Aucun reflet de liberté…


Ce charme sombre s’écroule au sol,
Aux horizons de ta pensée ;
Dans un deuil sourd que tout désole,
Une oraison vient la bercer…


Prends ces reliques qui t’isolent,
Puis prie aux âmes emportées ;
Cueille le fruit qui t’abandonne,
Vaque au chemin de la piété…


« Nulle part ma douce vertu ne vole,
En des royaumes plus reculés,
Qu’au long du paradis frivole,
De mon beau rêve immaculé. »


© Spleen – Stéphane Meuret – Tous droits réservés – 7 Juin 2018


Ce poème t’a plu ? Vote 5* et fais-le moi savoir par un commentaire. Que le jour te soit poétique lecteur.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.73 sur 30 votes