Partagez

A l’encre de mon sang,
J’écris ma poésie,
Au gré de mes tourments,
De mes bonheurs aussi.

Ma plume est ainsi faite,
De mots doux, de mots tristes,
Elle écrit en mon nom,
Ce que je n’ose dire.

Quand l’amour me transporte,
Elle ouvre la grande porte,
Se faufile au-delà de mots
Juste interdits.

Elle glisse entre mes doigts,
Quand je n’ai plus la force,
S’épanche sur la page,
Blanche ou bleue quelquefois

Eprise par trop d’ivresse,
Je laisse ma main trembler,
Et ma plume ainsi m’aide,
A ne pas m’attarder.

J’ai cette inspiration
Qui souvent me submerge,
Mais d’où viennent ces mots,
Qui trainent sur la berge ?

J’aimerais me vautrer
Dans tourbillon de mots,
Qu’il m’emmène en voyage,
Comme l’on prend bateau.

Douce est ma poésie,
Comme douce est ma vie,
Amoureuse je suis,
De tous ces mots, je vis.

Tous droits réservés@marie-hélène Coppa
poème publié dans mon recueil « A l’ombre de moi »



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.91 sur 11 votes