DÉCHIRÉE

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Pinterest
Share On Reddit
Contact us

Entendez vous la déchirure en son coeur de mère
Lorsqu’elle laisse de l’autre côté
Une partie d’elle.

Lorsque les cris de la séparation
Se mêlent aux larmes
Les cris comme des lames
Au ventre maternel

De douleur le visage déformé
Les bras tendus
Les coups de pieds
L’envie de mordre
O ! Puissance paternel.

Ces cris résonnent
En écho
Sur ce trottoir
L’heure sonne
Démentielle.

Et le monde s’arrête.

Les voix s’éteignent
A bout de cris et de sanglots
Le corps s’anesthésie
Le regard se trouble
Le cœur s’arrache
Le pas se fige
Les jambes lâchent
Irréel

Elle erre
Perdue
Vide, dans son ventre, dans sa poitrine
L’air sans ventoline
Ne passe plus
Comme un cri qu’on enterre
Sans elle.

Une poupée à la main.

PJ – 08/10/2017 – LDP 53


Donnez votre note:
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
5.00 sur 5 vote(s)


A découvrir aussi sur le web:

10 commentaires

  1. Bonjour chère Patricia,
    Un texte fort qui décrit bien la déchirure car il est question d’une partie de sa chair , une partie d’elle-même qui lui a été arrachée .
    Nul plus qu »une mère ne peut ressentir cette souffrance atroce, indescriptible quand lui est enlevé son enfant.
    A ce jour même dans les pays dits du droit on retrouve encore » la raison du plus fort est toujours la meilleure  » la toute puissance du père face à une mère qui ne fait souvent pas le poids devant cette injustice qui tient lieu de justice.
    « Entendez vous la déchirure en son coeur de mère
    Lorsqu’elle laisse de l’autre côté
    Une partie d’elle. »……….
    « Lorsque les cris de la séparation
    Se mêlent aux larmes
    Les cris comme des lames
    Au ventre maternel  »
    Bravo pour ce cri du ventre maternel 5*****
    Bonne journée
    Toutes mes amitiés
    sadek

    1. Bonjour mon cher ami,
      Merci de ton passage toujours chaleureux.
      Douleurs des séparations soudaines. Douce soiree🌺

  2. Peu à peu tombent les sépales quand l’air des rues devient irrespirable. J’imagine ici ceux qui restent après un attentât.

  3. Bonjour Patricia…a te lire j’en ai des frissons.5* pour ce douloureux partage
    Amitiés poétiques et comme je le fais maintenant quand je commente les poèmes de la Ligue je mets le lien de ma dernière publication sur ma chaîne You Tube où je vous y accueille en toute amitié. N’hésitez pas à liker, commenter, partager ou vous abonner si vous souhaitez me suivre. Merci d’avance de votre visite
    https://youtu.be/i1hECRpIq5Y

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez être connecté: