Partagez

Comme il est beau ce voyage à deux vers la liberté,
D’aimer, de rêver, de lire, d’écrire, de chanter,
Qu’il est loin ce temps où j’ai cru à ton paradis,
Où le champ de mes pensées allait jusqu’à l’infini,

Comment n’être pas tombée plus souvent en extase,
A t’entendre me souffler tes douces petites phrases,
Même en lecture tous tes mots étaient envoûtement,
Même en lecture tes espaces étaient enchantement,

Je me plais souvent à papillonner loin de ton ombre,
L’esprit apaisé, la pensée profonde, le regard sombre,
Doucement mon âme guérit de toutes tes tortures,
J’en garde secrètement toutes les meurtrissures,

Je pleure tous les silences autant que mes pensées,
Heureuse de ma délivrance, tu m’as abandonnée,
J’ai brûlé mon triste passé je regarde enfin devant,
La flamme de mes pensées est éteinte maintenant,

Les cendres du feu se sont fièrement envolées,
Sur la colline ce matin elles se sont élevées,
La brise d’été a soufflé comme un doux chant,
Le soleil a eu raison de mes peines et sentiments.

DELIVRANCE © Copyright 2016 Sylvie Badi



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.29 sur 14 votes