Partagez

Que le temps me pèse quand mon cœur se meurtrit,
Que les fleurs sont belles quand mes larmes sont taries,
Je revis tout en silence quand mon cœur balance,
Entre deux rêves la nuit, mon corps furieux s’élance,

A la folle conquête d’un plaisir inassouvi,
Les draps froissés s’en souviennent, l’oreiller aussi.
A que cela ne tienne je m’en remets à la chance,
De retrouver celui qui, par ses douces fragrances,

A su conquérir mon cœur, mon amour, ma vie,
En découvrant chaque nuit son jardin fleuri,
Mouvant devant lui mon corps dans une dernière danse,
Riant dans mes jupons toute mon arrogance,

Je ferais bien de ma vie, qu’un rêve, qu’une envie,
Pour goûter avec lui les plaisirs de la vie.
Rien n’est plus beau qu’un voyage à outrances,
Dans les tréfonds de nos âmes en alliance.

DERNIÈRE DANSE © Copyright 2016 Sylvie Badi



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.08 sur 13 votes