Partagez

Tu fus l’ange gardien, ma fée et ma beauté,
La princesse d’Anvers que la Parque humilie :
Ta pandore est ouverte et ton sentier heurté
Se perd dans le brouillard sans espoir d’embellie

Au déclin de nos jours, toi qui m’as acquitté,
Rends-moi cet Escaut où descendrait l’Italie,
Le pays qui comblait mon esprit enchanté,
De son divin crachin bas la lune pâlie.

Es-tu Tendre ou Phœbé ?… La déesse ou la sœur ?
Ton front est rouge encor du baiser d’Iscariote ;
La sirène sans rêve endure dans sa grotte…

Et deux fois tu tombas sous le joug de la peur
Supportant vaillamment le carcan de tes chaînes
Sans un cri ni soupir pour tes peines sélènes.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.5 sur 2 votes