Partagez

C’est une feuille qu’on arrache de son carnet intime

une page que l’on tourne, manège de sa vie

un non-sens que l’on donne, un vide au dessus des cîmes

un avenir flouté, un temps sans poésie


Il n’est de vie sans amour malgré sa sourde rengaine

mais tant d’amours sans vie qui s’engloutissent d’un rien

qui s’effacent d’un mépris, laissant le cœur à sa peine

arraché, en lambeaux, la peur en son sein


On s’épuise a donner ce qui ne peut plus soigner

les aubes se délitent, les soirs se font amers

on regarde le jour avec des yeux blessés

les lèvres ne s’effleurent plus, les mains lentement se déssèrent


Et c’est dans la froideur qu’expirent les sourires

alors vient la fin ,  promesses désenchantées

au limite de son être on ne peut plus rien dire

vaincu on abandonne, son âme tuméfiée


Mais c’est l’instinct de survie, telle une petite fée

qui aux oreilles résonne pour encore s’animer

Demain le jour se lève, le soleil va briller

l’amour est éternel il reviendra sonner



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 17 votes