Partagez

Dessus ta peau nacrée (Rondeau redoublé)

Dessus ta peau nacrée au vélin diaphane,
J’ai écrit tous ces mots que m’inspirait l’amour
A l’encre de tes yeux aux reflets d’océane
Que j’aime éperdument, un peu plus chaque jour.

Sur chaque once de toi, ma si belle sultane
Que je veux embrasser, à loisir tour à tour
Je ferai le serment de t’aimer sans recourt,
Dessus ta peau nacrée au vélin diaphane.

Dès lors, ton corps orné que ma main enrubanne
De guirlandes de fleurs, disposées tout autour
Sera cet écrin où, ma belle castillane,
J’ai écrit tous ces mots que m’inspirait l’amour.

Quand tu étends sur moi une paix vaticane
Pour mon cœur ténébreux et que ta main secourt,
Parfois je vois ces mots, tracés sans qu’on discourt,
A l’encre de tes yeux aux reflets d’océane.

Non, mon amour pour toi n’est pas d’ordre profane,
C’est le ciel qui, sur lui, se penche et puis accourt,
Tu es mon Athéna, ma Vénus et ma Diane
Que j’aime éperdument un peu plus chaque jour !

Tu n’as aucun défaut, ma recherche s’empanne.
J’ai beau, sur ta peau nue, effectuer un détour,
Mais il n’est nul besoin de faire de retour
Quand, dans un seul élan, mon désir se pavane
Dessus ta peau nacrée.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes