Partagez

Et si nous n’avons que le silence/partageant-le/car il est des cieux/il est des lieux/où décampe le temporel/vulnérable et précaire /à l’éternité de notre amour/je t’envoie des paroles sable par milliers/au bord d’une brise/quelque part sur une plage/appelée »Ne pas te dé-réver »/je prie l’éther pour m’envoyer ton parfum/Et comme promis aux heures complices/j’obligerai mes sens à se taire/je fermerai les yeux pou te retrouver mélée aux odeurs de mes pensées/Des lors nous nous emportames aux chants inaudibles des soupirs/Aux douces lumieres de nos ombres. vulnérable et précaire à l’éternité de notre amour je t’envoie des paroles par milliers Au bord d’une brise quelque part sur une plage Appelée »Ne pas te dé-réver » je prie l’éther pour m’envoyer ton parfum Et comme promis aux heures complices j’obligerai mes sens impuissants à se taire je fermerai les yeux pour te retrouver mélée aux odeurs de mes pensées Dés lors nous nous emportames aux chants inaudibles des soupirs douces lumieres de nos ombres.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes