Partagez

Dis-moi poète
Chantes moi tes vers
Emmènes moi dans ton monde
Dans ton univers
Là où tout est fait de rêves
Mais, oh combien sincères
Loin de ce monde sans vertu
Sans espoir, sans vœu, ni prière
Loin, très loin de cette galère
Où les gens ont cessé … hélas
D’être des frères

Dis-moi poète, contes moi la douceur
L’amour, l’amitié, aussi la pudeur
Enivres moi, berces moi, emportes moi
Là où tout est simple, sublime et clair
Loin de la douleur
Je veux naviguer dans tes rimes
Je veux voir ton monde, si sublime
Je suffoque dans cet abîme

Dis-moi poète, je veux y croire
Contempler le monde
Tel que tu arrives à le voir
Donner plus de beauté au soir
Car j’ai peur du noir

Dis poète, laisses ton cœur guider le mien
Fais grandir l’espoir qui me maintient
Apprends-moi comment rêver
Comment à partir d’un petit rien
On arrive à être bien
Vas –y poète, encenses mes désirs
Apaises mes soupirs
Loin de ce monde à la dérive
Partages avec moi ta passion
Quelle est donc ta religion ?
Laisses-moi me reconvertir
Accordes-moi cette trêve
Emportes moi dans tes rêves
Je veux être confus, fasciné
Ému, voire même déraciné
Je veux ressentir
Je veux vivre, me sentir
Avant que mes jours ne s’achèvent

Dis-moi poète,
Je veux voir le ciel autrement
Je veux contempler le firmament
Je veux croire
Que la lune n’est pas seulement un astre
Que le monde n’est pas désastre
Que de belles choses restent à voir

Dis-moi poète
Que le soleil n’est pas seulement une étoile
Mais qu’il déchire le voile
Que tissent les nuits hivernales
Que ce qui est scientifique
Aux yeux d’un grand poète
A un sens romantique

Vas poète,
J’aime te voir te complaire
Dans tes rimes et tes aires
Et voir même la beauté
Dans un aride désert
Subtilement dissiper
En moi même la colère

Vas,
Toi le poète, subjugues mon âme
Apaises mon enfer, éteins ses flammes
Apprends-moi à aimer
Et comment dire des je t’aime
Sans avoir peur,
Et sans peine au cœur
Comment être soi-même
Dis-moi poète, contes-moi ton monde
Le mien est terne, fade et immonde
Il est même bizarre
Plus sombre que le noir
Ou les gens ont cessé d’y vivre
Plutôt ils y vagabondent

Dis-poète, laisses ta plume parcourir
Laisses la dire, laisses la écrire
Laisses la tatouer tes pages
Pour apaiser ma rage
Je veux réapprendre
Avoir ton courage
Comment préserver son innocence
Affronter, défier les souffrances
Comment rester humain
Dans un monde fait de haine
De mépris et de dédain
Sans amour et sans tolérance
Dis-moi poète, toi qui sais dire
Et si bien exprimer le ressentir
Laisses-moi dans tes phrases
Fuir un monde qui me déphase
Soit mon île et mon asile
Soit mon refuge
Fais-moi plaisir

Dis-poète, ne t’arrêtes pas
Je te suis pas à pas
Effaces mes peines et mes déboires
Sois la fontaine où je viens boire
Quand la soif aggrave mes trépas
Parles poète, chantes la tendresse
Enjolives mon ciel nocturne
Ne sois pas taciturne
Je suis avide d’allégresse
Parles-moi de paix, de compassion
L’amour de son prochain et la passion
Tes mots me caressent
Sois mon phare dans ma tempête
Dis-moi que jamais on ne regrette
D’être poète

Dis-le, j’y crois mais veux l’entendre
Tu es seul à me comprendre
Et seul à avoir pu dire
Mes regrets et mes désirs
Avec toi je me sens renaître
De mes débris et mes cendres
Vas poète, éveilles mes sens
Mets-moi en transe
Je veux fermer mes yeux
Pour admirer ces lieux
Sans crainte ni méfiance
Et vénérer ce Dieu
Qui prône la clémence

Dis-moi poète,
J’ai foi, et je crois, en toi
Écris et contes-moi
Je savoure tes écrits
Et je médite tes récits
Car en te lisant, oh poète !
Je me sens fusionner en toi

Dis-moi poète.
Ces choses que je ne peux dire
Tu as cette manière de décrire
De conter l’immonde vécu
Sans être le vaincu
Dis poète Tu m’inspires.

Azifer



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 9 votes