Partagez

Bien souvent je me suis demandé

qui suis-je vraiment, et d’où je viens.

Solitaire, et fugitif,sur des chemins

cherchant désespérément ma route comme un gamin

dans l’espoir d’une voix, ou d’un signe de la main

face à ma vie, et à mon destin

vivre ou bien survivre

et faire face au quotidien.

J’ai vécu pour ainsi dire,le jour,au jour

avec cette force et cette volonté

de décrire la tendresse, de clamer l’amour dans tout son contour.

Errant de villes en villes

je m’en souviens encore, de la zone,et des bidonvilles

de ces galères, sur des routes, ô,mon Dieu, combien difficiles

Comme les  gens du voyage

j’ai erré ma guitare en bandoulière

par de beaux matins de printemps, et de rudes hivers. c’était l’adolescence, et le bel âge

et dire qu’on on n’y-pense,que ce n’était qu’hier

mon Dieu comme le temps passe.

Que me reste-t-il à présent dans mes bagages

sinon quelques vieilles lettres

et photos de voyage qui refont parfois surface

ni testaments, ni d’héritages

vivre ou survivre, ou prendre le large

mais après-tout, j’aurai tenté d’aller jusqu’au bout

là où l’amour, est toujours Fidel au rendez-vous.

sur des chemins qui se croisent

et où les mots gardent encore des traces.

J’ai en vain,cherché refuge

à travers des gestes,des signes et des mots

une vie,ou plutôt un déluge

souvent injuste, meli-mélo

case départ, on redémarre à zéro

pas drôle ni rigolo.

Faut-il à présent, que j’en ris, ou que j’en pleure

vivre ou survivre,comme une bête qui se meurt

dernier voyage,ultime demeure

cri de détresse, ou cri du coeur

départ pour un monde meilleur.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5.08 sur 1780 votes