Partagez

Et sur la rime en sommeil tu déposes
En cadeau cette vierge Ô combien ta névrose
Amazonie sans fin grouillant de sortilèges

Darde! Les pointes enfin se déglinguent
De ta plume sans âme aux confins du rio
Qu’un absinthe guide en vain
Sur le miroir du zinc

Rameur obscur tu suivais idiot
Ultime rechute, les sinueux pièges
Ou la ligne se gorge
Seul amante des mots roses



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes