Partagez

Les vents de la séparation dans mes soupirs s’annoncent
Nul n’est à l’abri de briser un jour son rêve heureux
Les vents de la tristesse m’aspirent dans une longue errance

Lorsque mon regard cache mal sa douleur
Lorsque la vie creuse un sillon aux tréfonds
Les cris muets s’étouffent dans mon cœur
Les oiseaux de douleur hurlent tout au fond

Cristaux de chagrin que ta main tendrement efface
Ta main apaise mes cheveux prisonniers
Ton regard radoucit mon âme qui se lasse

Et quand les vents de la séparation s’annoncent proches
Le soleil s’éclipse, seul et malheureux
Les arbres, affolés , quittent leurs branches
Alors que mon cœur se replie malheureux

@Ibtissem Sassi (Le Temps d’un Rêve )



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3 sur 1 votes