Partagez

Doute +

Je ne pourrai jamais savoir si tu m’aimais
Personne ne peut plus m’éclairer désormais
Tu as emporté avec toi tous tes secrets
Et je demeure de ton amour inconsolée
M’aimais tu vraiment ou en faisais tu mine
Je le croyais mais le doute prédomine
Pourquoi m’avais tu alors prêté d’autres sœurs
Mon essence ne comblait elle pas ton cœur
Les souvenirs remontent à ma mémoire
Souvent ils racontent de sombres histoires
Nous voguions sur les flots fluctuants des non-dits
Que le poids des ombres encore agrandit
Les mystères s’entourèrent de ténèbres
Et sans se dévoiler se firent funèbres
Je m’enfonce dans des abimes clandestins
Qui suivent à mon insu mon pauvre destin
M’avais tu aimée autant que je t’ai aimée
De nos vérités je suis toujours affamée
Les affres m’inondent je tâtonne et tombe
Je glisse doucement dans mes catacombes
Nul ne peut soulager mon âme tant meurtrie
Ni mon moi au passé infiniment flétri
Je n’ai d’autre remède que celui de croire
Que ta tendresse n’était pas illusoire



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.83 sur 6 votes