Partagez

Il me plaît de rêver d’un ciel azuré
De la chaude douceur de l’été,
Accompagné d’une jolie fée
Sur une magnifique plage dorée.

Dissipant en mon cœur toute peine
Fol amoureux d’elle à en mourir,
A mes côtés ma sublime sirène
Au si dévastateur sourire.

Sous son regard envoûtant
Fol épris d’elle, tournant en rond,
La lumière de ses yeux riants
M’ attirant comme joli papillon.

Butiner ses douces lèvres
Par son parfum subtil enivré,
Apaiser enfin nos fortes fièvres
De tendres et savants baisers.

Saturés, nos jolis corps entrelacés,
Du plaisir infini de nos cœurs,
Qu’il est doux tendrement savourer
Après la fièvre la si douce fraîcheur.

Il sera déjà l’heure hélas de rentrer,
Amants heureux en est si jaloux le temps,
Suppliant le voir pour une fois s’éterniser
Il répondit: »un rêve ne dure qu’un instant ! »

.
Belhamissi Sadek le 09.11.2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 15 votes