Partagez

Ils sont partis jeunes, conquérants et sereins,
La fleur au Famas (mais… la peur en bandoulière),
Rêvant de médailles, de gloire et de lumière.
Ah, comme ils étaient beaux nos vaillants boutentrains

La fleur au Famas (mais… la peur en bandoulière),
Ignorant qu’ils posaient leurs pieds dans ce pétrin,
Ah, comme ils étaient beaux nos vaillants boutentrains
Le corps criblé d’éclats, le nez dans la poussière !

Ignorants qu’ils posaient leurs pieds dans ce pétrin,
Pas le temps de lancer une ultime prière,
Le corps criblé d’éclats, le nez dans la poussière,
La mort est sans façon qui froidement étreint !

Pas le temps de lancer une ultime prière,
Ni de crier : « Maman ! » dans cet instant restreint.
La mort est sans façon qui froidement étreint !
Les voilà de retour, calmes, dépouille en bière.

Beyrouth, 1er/Brumaire/CXCII (23/10/1983)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 6 votes